30 ans de mode, 3 styles: les 80's

Claude-montana

Dans ce dossier, on vous propose de (re)découvrir l’histoire de la mode à partir des années quatre-vingt jusqu’à aujourd’hui. Ce premier article sera dédié à la mode des années 80, en retraçant les prémices de la mode et en présentant les créateurs incontournables ayant marqué cette décennie.

Charles Worth

En 1858 à Paris, Charles Worth est le premier à lancer le concept de haute couture parisienne. Il est le premier grand couturier à se distinguer des « petites » couturières, en dictant les tendances de la mode. En plus de cela, il développe un sens inédit de la publicité en étant le premier à faire défiler ses vêtements sur des mannequins vivants. Hormis le fait qu’il y ait beaucoup plus de monde et de mise en scène sur les podiums, les défilés tels que nous les connaissons aujourd’hui n’ont pas énormément changé. Mais à l’époque, ils avaient lieu dans des salons confinés et présentaient du prêt-à-porter.

charles

Ce n’est qu’en 1945 que l’appellation haute couture devient juridiquement protégée. En effet, pour avoir le droit d’apposer cette appellation, les maisons de coutures doivent répondre à certains critères comme la singularité de pièces sur-mesure, l’utilisation d’une certaine quantité de tissus et la mise en lumière du travail des artisans qui perpétuent en réalisant leurs créations à la main. La haute couture englobe le secteur dans lequel exercent les créateurs de vêtement de luxe. Elle joue un rôle d’avant-garde et marque les tendances.  

Dans les années 80, Paris était « the place to be » pour son ambiance festive. Avec la démocratisation de la drogue, on voit émerger une période de frénésie qui s’illustre sur les catwalks. On ressent cette fraîcheur hédoniste, où l’expression de soi n’a plus de limites, où l’on a l’impression que rien n’est impossible. C’est d’ailleurs durant cette période, en 1984, que François Mitterrand proclame la mode comme étant un art majeur.

Alaïa

028-azzedine-alaia-theredlist

Styliste franco-algérien phare des années 80, Alaïa est le créateur adulé par les femmes du monde entier. Sa passion de sublimer le corps féminin, en défiant la mode de l’époque, consistait à élaborer des sculptures autour du corps de la femme. Lorsqu’il créait, il réalisait de brefs dessins pour fixer ses idées mais toute la magie de ses créations se faisait par moulage sur mannequin. Il s’est d’ailleurs toujours considéré comme étant un couturier et non un styliste.

Alaïa est l’un des rares créateurs à savoir encore tout faire, c’est pourquoi on l’appelle « le dernier des grands couturiers ». Il refuse également de faire des défilés en même temps que tout le monde, c’est-à-dire en suivant le calendrier de la fashion week. Il préfère le faire quand ses créations sont finies.

076-azzedine-alaia-theredlist

Thierry Mugler

073-thierry-mugler-theredlist

Ce styliste et grand couturier français est aujourd’hui plus connu pour ses parfums que pour ses vêtements. Pourtant, il a marqué l’histoire avec ses épaules XXL et ses robes près du corps. Il est l’un des initiateurs de la mode body concious avec ses silhouettes sexy. Celles avec un air futuriste (comme présentées ci-dessus) ont d’ailleurs connu un énorme succès au Japon avec un chiffre d’affaire de 60%.

Tout au long de sa carrière, Thierry Mugler a cultivé l’image de surhomme en travaillant sur la mise en scène dans ses défilés. Il a d’ailleurs aujourd’hui quitté sa maison pour devenir metteur en scène.

 

Thierry Mugler Women ready to wear 1995 winter photo by Guy Marineau

Claude Montana

028-claude-montana-theredlist

Avec sa vision de la mode déconcertante, Claude Montana incarne une figure centrale de la mode. Epaules marquées, larges et douces, volumes architecturaux, tailles de guêpe, voilà ce qui caractérise les créations du styliste. Il aime travailler le total look jusqu’à créer des accessoires pour ses collections. Ses silhouettes imposantes à tendances fétichistes, plaisent aux femmes. En effet, avec des silhouettes armures, Claude Montana crée des vêtements pour les académistes, les pilotes d’avions mais aussi les banquières. La marque plaît d’autant plus aux femmes riches un peu « coincées ».

Montana avait une grande préférence pour le cuir, qui à l’époque, quelque soit sa couleur, rappelait les nazis. Cela créera des scandales à répétitions mais déclenchera aussi une vague de publicité, confirmant alors le succès de la marque.

006-claude-montana-theredlist

Jean Paul Gaultier

006-jean-paul-gaultier-theredlist

Jean Paul Gaultier réalise son premier défilé en 1976.  Celui qui a longtemps été considéré comme l’enfant terrible de la mode,  met en paradoxe et entrechoque les bases classiques pour pouvoir se donner la liberté de jouer et d’accessoiriser des silhouette simples. Lors de son premier défilé, il a par exemple associé le tutu de danseuse étoile au blouson de biker.

Iconoclaste, il crée pour une parisienne fantasmée. Il travaille également sur la culture haute et la basse pour homme et femme. Il propose une nouvelle vision de la mode et casse les codes imposés par la société.

Paolo Roversi Tanel Bedrossiantz, in a dress from the Barbès collection Jean Paul Gaultier,

Castelbajac

C’est à l’aube des années 80 que le styliste français se fait connaître pour son approche novatrice. En effet, il recycle pour créer ses pièces. Il crée des hommes tableaux avec une ambiance très colorée au style pop. Il dit d’ailleurs, pour présenter sa vision de la mode,  »je fais de la démode ».

024-jean-charles-de-castelbajac-theredlist

A cette période, ces créateurs se démarquent et créent des happenings. Les défilés deviennent des messes médiatiques, la fashion week devient une institution et les clients raffolent de cette période d’audace. Au même moment, les oscars de la mode à l’opéra Garnier font leur apparition. Pour la première fois, les créateurs reçoivent des prix comme de vraies célébrités, tellement la mode est en vogue.

A cette époque de grand succès, les maisons comme Chanel qui existaient déjà depuis plusieurs décennies, essayent de sortir leur épingle du jeu. Chanel fera son grand retour, en 1983,  en engageant le célèbre Karl Lagerfeld comme directeur artistique. Il va revisiter, comme il sait si bien le faire, les classiques de la maison de couture tout en étant dans l’air du temps.

Karl-Lagerfeld-1983

Versace

La maison Versace, créée en 1978, prend le parti de créer des vêtement body conscious à l’extrême, étant à la limite de la vulgarité. Gianni Versace recherche un équilibre entre une hyper-valorisation des atouts de la femme et le spectaculaire, la provocation. C’est avec cette marque de fabrique que Versace connaît le succès.

079-versace-theredlist

Christian Lacroix

Dans cette période pleine de bouleversements, à la fin des années 80,  Christian Lacroix ouvre sa maison. Il réoriente la mode vers le luxe et la sophistication: couleurs fortes et en contrastes, pluralité de motifs en rupture, pois, rayures et fleurs entremêlées, jupons, minijupes gonflées en crinolines, vestes menues … voilà ce que Lacroix propose dans l’idée d’une parisienne raffinée, coquette et impertinente.

012-christian-lacroix-theredlist

C’est à cette époque que la mode devient concurrentielle. Le styliste doit alors porter énormément de casquettes: il est à la fois le commerçant, le créateur ou encore le responsable de communication. Il n’a plus de vie privée et n’a de temps que pour son boulot. C’est également à ce moment que le sida fait des ravages et ce notamment dans le milieu de la mode.

Le climat n’est plus à la mode flamboyante, c’est la fin des goldens 80’s. A ce moment-là, les stylistes tentent de durer au risque de devoir arrêter toute activité. Mais certaines maisons comme celles de Jean Paul Gaultier ou Thierry Mugler s’en sortent grâce à la création et la vente de parfums. Par exemple, Jean Paul Gauthier crée un parfum mettant en avant la confusion des genres. Il arrive aussi à lancer sa marque haute couture.

  • Mugler qui est de plus en plus attiré par la mise en scène lance également son parfum qui lui permet de rester indépendant financièrement. Sa mise en scène sera poussée jusqu’à la transformation de son corps par la chirurgie esthétique. Il arrête définitivement en 2004 pour devenir peintre et metteur en scène.
  • Alaïa quant à lui s’endette, étant donné sa façon de fonctionner. Il est mis en danger comme son style se situe entre le prêt-à-porter et la haute couture. Il crée donc pour une clientèle d’initiés parmi les contacts de son grand carnet d’adresses. Il arrive à faire des défilés avec les mannequins en vogue de l’époque comme Naomi Cambpell pour des cacahuètes car elles l’adorent.
  • Après avoir gagné 2 dés d’or, Montana vivra ses dernières heures de gloire. Suite à de nombreux redressements judiciaires et un rachat, il ne prend plus aucunes décisions au sein de sa propre marque mais va encore saluer à la fin des défilés. Il arrêtera définitivement quelques années après.

C’est la fin de ce premier tournant de la mode. Il est déjà temps de se quitter pour retrouver la suite dans le prochain article !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *